Conférence Crossfit & Nutrition avec Yves Patte

Featured

Il y a quelques semaines, j’ai participé à une conférence sur la nutrition et le CrossFit donné par Yves Patte

Yves, a pas mal de cordes à son arc, il est l’un des fondateurs de “CrossFit Nivelles“ il a créé une société INNOVONS scs, fondateur du projet « O-Food », il a une rubrique “Paléo Nutrition”, dans “Néo Santé“etc.… Mais je vous invite plutôt à aller sur son blog « http://www.yvespatte.com” pour voir sa bio ; et vous verrez, si la notion d’empowerment vous est connue, que vous avez là un bon exemple.

La conférence s’adresse à tous, sportifs ou non. Durant deux heures, Yves replace les choses dans leur contexte, et revient sur les valeurs essentielles et simples, que sont la base d’une bonne alimentation et la façon dont on devrait essayer de se nourrir. Ceci, en tenant compte de son environnement, de ses activités, ainsi que du choix des aliments à notre disposition en fonction des saisons ou du lieu de consommation.

Cette conférence n‘est pas une tentative pour vous convaincre de devenir paléo, et par là j’entends être un carnassier radical, mais plutôt de vous expliquer au travers de la frise du temps quels ont été les différents modes de nutritions qui ont accompagné l’évolution de l’homme et les possibles façons d’équilibrer votre alimentation en choisissant votre propre régime.

Durant cette conférence, certains éléments m’ont particulièrement fait réfléchir.

  • Notamment quand on m’a fait remarquer, que depuis nos ancêtres du paléolithique nos gênes humaines n‘avaient fondamentalement pas changé. Même si je pense que nous avons un plus beau physique maintenant ;-).
  • Ensuite, le fait que nous ayons été (pour l’instant) 1400 ans plus longtemps chasseurs-cueilleurs que sédentaires.
  • Et puis, l’impact de la modernisation sur les exploitations agricoles et le secteur de l’industrie agroalimentaire. Comment au fur et à mesure des années les aliments de bases ont été sélectionnés et disons le transformé pour être plus nutritif ou résister aux conditions climatiques ou aux maladies. Dans certains cas cela aide la population mais cela pourrait parfois avoir d’autres conséquences, des études sont encore en cours à dans différents domaines.

Tous ces éléments sont très bien expliqués dans le blog de Yves, d’où vous pouvez suivre ses vidéos.

Pour ma part j’ai trouvé une illustration sur l’évolution du mode de nutrition au travers des ages que je trouve très explicite. 

Participer à cette conférence c’était pour moi, aller un peu plus loin sur le sujet de la nutrition et du Crossfit. Je voulais pouvoir recadrer certaines choses et m’ôter certains doutes sur des informations et lectures qui, à force deviennent contradictoires selon les interlocuteurs et les médias (livres, magasines spécialisés, émissions, internet).

La nutrition lorsque l’on fait du CrossFit et très importante, pour rappel, la pyramide présentée dans le paragraphe « What is Fitness part1 du CrossFit level 1 book qui place la nutrition à la base hiérarchique du développement d’un athlète. Ce sujet est très bien abordé, sur le site crossfit.com, et Greg Glassman fondateur du CrossFit ,fait de ce point un élément fondamental. Cela fait d’ailleurs partie des connaissances nécessaires à étudier pour être coach level 1.

Cette conférence était l’opportunité de rencontrer une personne expérimentée comme Yves, aussi bien dans le domaine de la nutrition que du CrossFit et d’avoir la possibilité de poser directement mes questions.

Mon expérience :

Je n’ai sur la nutrition, que mon expérience de sportif pratiquant, car je ne suis ni nutritionniste ni diététicien, j’essaye de suivre du mieux que je peux, le régime « Diet Zone » préconiser dans le book du CrossFit level 1 et dans d’autres livres comme celui de RoB Wolf.

Yves a évoqué ce sujet et nous a fourni de bonnes explications et les grandes lignes de ce régime en faisant un rappel pour  la plupart d’entre nous (titulaire du level 1), de ce qu’est la notion de blocs, comment calculer notre apport quotidien en sachant que la base de composition des blocs est la suivante :

  • 1 bloc de protéines = 7 g
  • 1 bloc de glucides = 9 g
  • 1 bloc de lipides = 3 g

Il faut tenir compte dans votre calcul, de votre poids et votre fréquence d’entraînement.

Pour ma part, le régime « diet zone », a été difficile au début, je l’avoue. La contenance en protéines, lipides, glucides de chacun des éléments d’un bloc ramené à ma liste d’aliments m’était étrangère, et compliquée à déchiffrer et à estimer au quotidien.

Malgré tout, après avoir pendant plusieurs semaines, voir des mois, pesé mes aliments, j’ai finalement pu acquérir la notion des proportions, et pu évalué la valeur de mes blocs avec ma nourriture sans plus avoir recours à une balance. En effet, pour la petite histoire, entre ça et le transvasement de WHEY dans les checker et autres, ma cuisine ressemblait plutôt à un atelier d’emballage de cocaïne, et ma famille en me voyant à fini par me surnommer Pablo 😉

Pour être au plus près de mon régime, j’essaye de me doter d’une dose de bon sens dans le choix de mes aliments afin qu’ils soient le moins transformés possible et au plus près de leur état et lieu d’origine et qu’ils soient de saison.

Il y a quelques mois, j’ai entrepris, de démarrer un intermittent fasting découvert après la lecture du livre de JB Rives “Le Fasting“. C’est une habitude alimentaire qui consiste à jeûner sur une période de 16 heures minimum, la aussi je tâtonne encore entre la période de nutrition et les séances de sports pour savoir comment caler mes aliments dans un temps assez court finalement.

Je fais ce jeûne en débutant le soir et en n‘effectuant mon premier repas que vers 13 h 00. J’ai encore en mémoire mes petits-déjeuners à la française, avec tartines et confitures qui me faisait atteindre un taux de glycémie record et un coup de barre ou de fringale dès le milieu de matinée.

J’ai d’ailleurs dû changer je ne sais combien de fois de méthode et d’aliments pour ce petit-déjeuner ( le repas le plus important de la journée disait-on).

Le ressenti que j’ai pour l’instant avec le fasting, c’est une amélioration de ma concentration et un meilleur rendement sportif lors de mes entraînements en fin d’après midi. Mais il n’en est pas tout à fait de même pour mes entraînements sur l’heure du déjeuner plus difficile à gérer, mais je pense avoir ces derniers temps trouver une bonne formule.

D’ailleurs je partage ci-dessous avec vous mon planning général.

Pour conclure je dirais que manger, cela doit rester simple, et un plaisir, il faut que vous soyez un peu curieux et attentif à votre bien-être, renseignez-vous sur les produits à disposition et comment les manger, poser des questions aux gens qui sont à l’origine de vos produits éleveurs, producteurs, maraîchers, cuisiniers si vous pouvez et ayez du bon sens.

Si on peut éviter de se laisser embobiner, en allant chercher dans les magasins la graine, ou la plante miracle, qui soigne, détox, fortifie et rend beau, ce serait bien aussi.

On est tous victimes sur internet de ce genre de pub sur un produit miracle ou secret du bout du monde.

Je ne sais pas si vous avez remarqué mais toutes ces pubs sont en relation avec l’apparence physique et la performance, mais parfois coté environnement et Éthique ça laisse à désirer si l’on creuse un petit peu.

Bon entraînement et mangez sain.

Références et liens :

Sites Internet :

DUTCH THROWDOWN 2019

Le Dutch Throwdown… Heu.. Comment dire … ?

Déjà pour commencer , une compétition sans leaderboard et sans podium à la fin ?

Je viens de recevoir les résultats des Dutch Throwdown, compétition qui a eu lieu au Pays-Bas et à laquelle j’ai participé dimanche.

Quelle n’a pas été ma surprise, alors que je m’inscris dans la catégorie advance 51-55, je me retrouve sur le leaderboard des 46+ , je ne savais pas que l’on pouvait faire un choix de classement en fonction du nombre de participants, soit! mais alors, soyons complets et appliquons la règle à toutes les catégories !

Si on regarde de plus près les grilles de classements, on peut observer que dans les catégories allant jusque scale 46-50 ça tient encore la route, mais après c’est du n’importe quoi. Du « J’y fourre-tout ranking », une flemme injustifiée de faire du bon travail jusqu’au bout dans le classement.

Du coût 9e sur 22 @dans la catégorie 46 + barbarians ou Arlequins.

Alors je m’improvise Head judge, et quand je fais mon propre classement en fonction du leaderboard et finalement j’observe que , nous étions 9 dans la catégorie 51-55 advance issue des qualifications et je suis second de cette épreuve, si on fait le tri honnêtement . (Maintenant je sais où j’en suis dans ma catégorie) et je rétablis un peu d’ordre pour la Heat18 qui était une super équipe avec une super ambiance merci les gars.

Je ne fais pas ça pour me faire mousser mais nous avons tous fourni un bel effort lors de cette compétition avec mes camarades de WOD et chacun veut et mérite bien entendu, de savoir où il en est de sa forme par rapport à sa catégorie d‘age. Les OPENS arrivent et avoir quelques points de repère c’est important (organisateurs, oublié un peu votre pognon et repenser à l’esprit qui nous anime dans l’effort et le sport).

Bilan du week-end et de la compétition.

Que dire… ?

Aréna de Maasport OK, on arrive belle structure, ça semble chouette, c’est déjà rempli de monde dans les gradins, on trouve une petite place et on essaye de s’installer et de voir comment ça se passe.

Déjà en tant que compétiteurs, tu as ton bracelet, mais tu n’as aucunes indications et pas de points infos et de consigne à suivre.

Pour l’organisation des WOD ça roule plus ou moins bien, par contre la zone de warm-up est vide de matériel.Tout ce qui devra être utilisé pendant les WOD n’est pas présent ou peu disponible. Donc pour moi, c’est un gros point noir, qui à du faire pas mal de blessés durant ce long week-end.

Donc c’était un Week-end épique aux Pays-Bas car aussi coté finance ,c’est un peu exagéré :

Règlement pour les qualifications + mon ticket en final + les entrées de la petite famille, font un budget de 94 euros en gros pas mal non.

Pour un T-shirt et pas de podium

« À qui profite mon fric » ?

Beach Wod By Céline (BWBC)

Bonjour chers lecteurs, 😊

Aujourd’hui j’aimerais vous parler d’une de ces initiatives organisée autour du CrossFit, qui n’est ni un entraînement ni une formation, mais qui permet de compléter ce qui se passe dans les Boxes. Vous savez, ce genre d’activités récréatives et sociales qui prolongent les valeurs sportives et qui rassemble la plupart d’entre nous dans un état d’esprit libre et festif.

On va donc découvrir avec un peu plus de détail le Beach Wod By Céline (BWBC) avec Céline bien entendue ,qui nous fait le plaisir de se prêter au jeu d’un petit interview. 

Céline est coach chez CrossFitvince21 à Bruxelles, on se croise avec Céline depuis déjà plusieurs années et je sais donc qu’elle est à l’origine du beach wod by Céline remarquez qu’avec un tel titre comment ne pas le savoir n’est ce pas ? ;°) de plus tous les ans au mois de juin débute les réservations, avec chaque année toujours plus de succès et d’enthousiasme de la part des participants.

Cette année, j’ai demandé à Céline si elle voulait bien nous livrer un peu plus d’infos sur ce rassemblement de joyeux Lurons, qui vont faire du sport comme des petits fous sur le sable et au bord de l’eau.

Mais, avant de parler directement du BWBC essayons de savoir un peu qui est Céline sans lui demander son âge car ça ne fait pas gentlemen.

Bonjour Céline pourrais-tu en quelques phrases te présenter aux lecteurs, et nous dire quel est ton parcours sportif et quelles sont tes autres passions et centre d’intérêt autour du sport et du Crossfit ?

J’ai toujours fait du sport et plus particulièrement de la natation en compétition jusqu’à mes 17 ans, puis j’ai fait du Fitness et du Spinning en plus d’autre activités.

J’ai démarré des études de Kiné car j’étais intéressé par le corps humain puis j’ai changé pour devenir professeur d’éducation physique.

J’ai débuté le Crossfit en 2012 avec mon papa qui est aussi un grand sportif. Au début c’était une fois par semaine puis rapidement ce sport m’a beaucoup plu et intéressé, surtout dans tout ce qui est fonctionnel et qui concerne les mouvements de base.

Comment t’est venue l’idée d’organiser ce type d’événement ?

Je suis déjà d’une nature très sociale, j’aime bien être entourée de mes amis, et parler aux gens, partager en fait!

J’avais envie aussi de faire autre chose que des rencontres entre amis comme boire un coup ou faire des barbecues surtout en été.

Je voulais que cela soit un rendez-vous ou tout le monde peut participer sportif ou pas, de la même box ou pas ?

Je voulais que cela soit festif et ludique, que l’on prenne du plaisir et que chacun puisse être l’aise, avec la possibilité pour chacun de pouvoir amener des amis afin de partager un peu de cet esprit communautaire que l’on retrouve dans nos box sans peur et sans pression, surtout en sachant le regard et les a priori que les gens peuvent avoir sur le Crossfit.

Le BWBC est devenu un rendez-vous annuel, depuis combien de temps l’organises-tu et avec qui ?

Cela fait 6 ans maintenant que le BWBC existe, c’est vrai que je suis à l’initiative de ce projet mais on fait cela en équipe, qui se compose d’ailleurs de mon frère, principalement dédié le jour même à l’animation, de mon compagnon Quentin qui est aussi coach, et de Benoît de CrossFitVince21 qui est dans l’événementiel et apporte le soutien logistique.

Et, le jour même toute la famille est là ,pour aider et ça devient un moment de partage particulier.

Ou se déroule le BWBC cette année et quelles sont les dates ?

Le BWBC se passe à O’neillBeachclub Blankenberge

Cette année ce sera le samedi 18/08/18, car on voulait pouvoir prolonger un peu la fête en organisant un barbecue le soir et avoir la possibilité d’avoir un Brunch le lendemain matin dimanche 19 août 2018 pour les personnes qui auront décidé de rester sur place, à la mer avant de repartir chez eux.

Y aura-t-il une limite de participants, et qui peut participer ?

L’année dernière on a vu défiler plus d’une centaine de personnes sur la journée.

Cette année, étant donné que l’on fait le beach Céline tour auprès des box on s’attend à bien plus de monde, mais il n’y a pas vraiment de limitation à part pour le barbecue et le Brunch bien entendu.

La journée s’organisera avec des WODs ou des challenges à certaines heures et les personnes présentes à ce moment pourront y participer.

Il n’est pas nécessaire de participer à toutes les épreuves du BWBC, et d’être présent dès 9 heures du matin chacun viendra quand il le souhaite, et participera en fonction de sa présence.

Les enfants sont aussi les biens venus même si c‘est surtout un rendez-vous pour adultes touchés par le syndrome de Peter PAN.

Le fait de voir les enfants partager un moment sportif avec papa, maman, (WODs que l’on aura adapté bien sûr) cela fait extrêmement plaisir.

Peux-tu nous donner des exemples d’épreuves que l’on peut trouver au BWBC ?

Il y aura principalement des team WOD basés sur le poids de corps car le matériel est assez difficile à apporter sur la plage, notre structure et bénévole donc nos moyens sont limités, c’est aussi ce qui fait que la participation à cet événement est complètement gratuite et que tout y est simple, cela prouve que l’on peut faire les choses avec de la bonne volonté et de la motivation.

Qu’est que tu aimerais que l’on retienne du BWBC ?

J’aime bien organiser des événements en général et ce que je recherche, c’est de simplement faire plaisir, à ma famille et mes amis, et tous ceux qui y participent.Donc si les gens sont contents d’être venus et d’avoir passé une excellente journée c’est une énorme satisfaction, si en plus de cela ils ont envie de revenir participer l’année suivante je suis super-contente et j’ai touché mon objectif.

Je serais aussi sûrement très touchée et heureuse si dans quelques années les enfants des parents qui ont participé les années précédentes reviennent et me parlent de leurs souvenirs.

Un ou plusieurs souvenirs du BWBC que tu as aimé ?

La photo de groupe bien sûr!

Mais aussi le moment, ou à la fin on se place tous en cercle, et là, chacun à notre tour on effectue un mouvement au rythme de la musique.

Puis, j’ai eu un moment particulier, ou un groupe qui vient régulièrement m’a apporté une plaquette avec mon nom, et fait un montage photo du BWBC, j’ai trouvé ça très chouette et gratifiant car ça me renforce dans ma conviction que le BWBC et un moment particulier pour les participants et c’est le but, offrir à la communauté un moment de partage et de bonheur simple.

Voilà mes chers lecteurs, j’espère que cela vous aura donné envie d’aller voir ce qui se passe le 18 août 2018 sur la plage de Blankenberge.

Aussi, à l’heure ou j’écris ces lignes il n’y a plus de place pour le barbecue et le Brunch et le site annonce 449 personnes intéressées, je pense que ces deux informations parlent d’elles-mêmes le pari de Céline et son team est déjà bien atteint. Inscriptions ici

Je soutiens à fond ce type d’événement car il correspond tout à fait à l’esprit que j’essaye d’avoir pour X50fit et mes cours. Les personnes comme Céline et son entourage son simple et sans détours, leur objectif est que l’on soit bien et heureux tous ensemble. Alors on adhère ou on n’adhère pas mais franchement ça fait du bien de voir de belles initiatives et ça mérite d’être communiqué.

Bon sport à tous 🏄🏻‍♂️




Formation BLACKROLL

Expérience et formation intéressante ce week-end autour du Foam-Roller dans la box crossfitvince21 ou je suis membre.

Le Foam-Roller? Tu sais, ce rouleau plus ou moins dur, celui-là oui, que tu utilises avant ou après tes cours de crossFit et que tu passes sur ton dos, tes jambes, tes bras et qui accentue les points douloureux de tes muscles  en guise de massage.

Ce week-end j’ai suivi une formation sur cet instrument diabolique mais néanmoins bien utile à notre remise en forme. C’était un week-end torride avec 50 nuances de tensions musculaires.

Un voyage dans les salles de torture du moyen-âge, avec des instruments moderne qui deviennent des accessoires de bien être (on est fou ! ).

Le Foam-Roller c’est comme un couteau Suisse en complément de ton entrainement, il te permet de préparer les muscles avant de faire les exercices et il y a une ou plusieurs positions de travail spécifique selon les exercices que tu prépares, deadlifts, overhead, squat etc.. Et franchement aucun de tes muscles ne reste indifférent au positionnement du Foam-Roller, et ça m’a rappelé une phrase culte du film RAMBO1

« vous nous avez appris à ignorer la douleur mon colonel »

« Et ça marche ? »

« Pas vraiment mon colonel » 

Le Foam-Roller est  aussi très appréciable après une séance d’exercice et de WOD pour relâcher les tensions et faciliter la récupération.

Il peut être aussi un excellent outil de travail et être utilisé lors d’un WOD dédié si tu veux accentué ton gainage, ton équilibre, et ta force musculaire.

Le but d’une formation comme celle-ci permet de savoir comment bien utiliser le Foam-Roller, et quel est le temps nécessaire à son utilisation avant ou après un exercice et quel groupe musculaire doit être traité pour un résultat optimum.

L’ajout de petits matériels comme les minis roller, les bandes et les balles avec ou sans picot rajoutent un peu plus de piquant dans la récupération.

La formation donnée par Blackroll Belgium (www.blackroll.be) est très intéressante il existe une application bien faite  afin de poursuivre l’utilisation des Foam-Roller.




Echange avec Matthieu Montes

Bonjour à tous.

Me voilà de retour après une petite absence sur mon blog faute de PC

Avant le passage à la nouvelle année, j’avais croisé à plusieurs reprises Matthieu Montés lors de mes entrainements, et j’en avais profité, pour lui demander si il voulait bien se livrer à une petite expérience en participant par écris ou de vive voix à un entretien avec moi, ce qu’il a tout de suite accepté.

Alors, pour ceux d’entre vous qui ne connaisse pas encore Matthieu je vais me livrer ici un petit portrait personnel avant que vous ne commenciez à lire notre petit dialogue.

Matthieu, quand vous le croisé dans une salle de sport c’est d’abords une silhouette que vous ne pouvez pas ignorer, comme tout grand sportif, il a de larges épaules, des muscles secs, une tenue toujours bien droite.Pas spécialement grand, mais sa présence se ressent dans la salle, à sa façon d’être attentif aux mouvements qu’effectuent les membres pendant et en dehors des cours.

En dehors des WODs, ses déplacements sont presque mécanique, allant toujours droit au but. Dans l’effort , il est toujours concentré sur ses exercices, mais dès qu’il vous voit il arbore un large sourire de bienvenue, si il n’est pas en train de faire son WOD, car dans ce cas,  il est dans sa bulle et rien ne viendra le dérangé.

Dans le milieu des compétitions et des salles de Crossfit on le surnomme souvent le « stratège », car son approche stratégique des WODs pendant les compétitions , et son analyse générale des situations lui ont permis d’être de nombreuses fois sur les podiums, car il ne laisse rien au hasard.

Matthieu c’est aussi un coach de CrossFit exigeant, avisé et pragmatique dans son enseignement. Il est aussi le fondateur du site Scope-Athlète avec lequel, il nous fait bénéficier de ses conseils et de son expérience au travers de sa programmation.
Mais, je m’arrête là avant d’avoir à faire trop de Burpees lors de notre prochain cours ou rencontre et vous laisse découvrir notre échange .

Echange avec Matthieu Montes:

Matthieu est-ce que tu peux te présenter en quelques mots :
Nom : Matthieu Montés
Age : 37
Ville ou tu vis : Bruxelles
Nationalité : Française

Box ou tu pratiques le CrossFit :
CrossFit Vince21

Études/diplômes dans le domaine sportif :`
Certificat de Moniteur en Athlétisme (Epreuves Combinées) de la LBFA et en Haltérophilie de la LFPH (Belgique pour les 2).

Comment as-tu découvert le CrossFit ?
Après des recherches sur Internet, je cherchais des méthodes d’entraînement “global”, car je n’ai pas les capacités pour me spécialiser dans une activité. Au premier abord, le CrossFit ne m’a pas du tout convaincu, je trouvais cela “inconscient”. Plusieurs mois après, j’ai tenté l’aventure et la pratique m’a convaincu.

Avant le CrossFit quel sport pratiquais-tu ?
Avant mes 25 ans, je ne pratiquais pas de sport de manière régulière.
A mon arrivée en Belgique, j’ai essayé de faire de l’athlétisme en amateur pendant 2 ans mais j’avais un niveau trop médiocre pour avoir des résultats. A partir de ce moment, j’ai commencé à entraîner de jeunes athlètes à ce sport, mais l’idée de spécialisation ne me convenait pas.

Bilan 2017

2017 semble avoir été une bonne année pour toi aussi bien sur le plan des compétitions que pour le démarrage de ton activité personnel lié au CrossFit je veux bien sûr parler de ton site de programmation.
Dans un premier temps pourrais-tu nous rappeler ton Bilan sportif 2017, compétitions /podium.

J’ai participé à 9 compétitions :

  • Galileo Rock Show 2 (Team) – 2e Place
  • WAATH League (Masters 35) – 1ere Place
  • Battle of the Crown (Elite) – 7e Place
  • Lowlands Throwdown (Masters 35) – 1ere Place
  • Cyprus Throwdown (Masters 35) – 1ere Place
  • Marseille Throwdown (Masters 35) – 2e Place
  • French Throwdown (Masters 35) – 6e Place
  • Amarok Games (Team) – 3e Place
  • Last Battle of Winter (Elite) – 8e Place

Quelle est la compétition qui t’a le plus plu cette année ?
Chaque compétition est tellement différente, je retiendrai le Galileo Rock Show et le Battle of the Crown, organisées par des personnes que j’apprécie beaucoup et avec des épreuves qui sortaient de l’ordinaire. C’est ça l’idée du CrossFit : savoir-faire de l’arraché, des tractions et prendre du plaisir si on vous demande de faire des Back flips, du tir à la carabine ou de couper une bûche à la hache.

Quels sont tes objectifs pour 2018 ?
Je ne me fixe pas d’objectifs, je veux juste participer à d’autres compétitions, les compétitions sont un bon moment pour rencontrer d’autres personnes. L’aspect “Compétition” ne m’intéresse pas beaucoup, je n’aime pas le stress que cela implique.

À propos de ton site comment cela se passe-t-il ?
Il y a pour l’instant 70 membres actifs sur le site Internet.

Quel but souhaiterais-tu voir accomplir par les gens qui suivent ta programmation ?
De prendre du plaisir à l’entraînement, de se sentir mieux dans son corps, de ne pas se blesser et de faire ce qu’ils veulent avec leur nouvelle condition physique.

Est-ce que tu prévois de nouveautés ou d’autres activités annexes liées à la programmation. (séminaire-week end spécial programmation avec haltero-mobilité…)
L’idée d’un séminaire est présente depuis très longtemps dans mon esprit, j’en ai suivi beaucoup et je n’ai pas toujours trouvé ce que j’espérais – du coup, je vais en créer un.
Il y aura une rencontre entre athlètes du SCOPE. Et je prévois d’intégrer dans le SCOPE des pratiques que je teste depuis quelques temps, entre autres les méthodes de Wim Hof, le “Ice Man”.

Au CrossFit quel est ton mouvement ou le domaine de travail que tu aimes bien.
En ce moment, j’ai beaucoup de plaisir à pratiquer de la gymnastique, car je suis loin d’avoir le niveau que je souhaite. Nos faiblesses sont d’énormes sources d’amélioration et de futures réussites. L’haltérophilie est tellement présente dans le CrossFit qu’il est plus intéressant d’en faire une passion que de la laisser de côté.

Est-ce que tu suis un régime spécial ?
J’ai essayé beaucoup de choses et il s’agit comme pour l’entraînement de prendre ce qui vous est utile, de rejetez ce qui ne l’est pas. Après de nombreux essais, je limite beaucoup, voire élimine le sucre blanc, les céréales et le lait. J’ai également revu à la baisse ma consommation de viande.

Quels seraient tes conseils pour une personne qui débuterait le CrossFit.
De trouver un lieu de pratique avec des personnes bienveillantes, patientes et qui ont envie d’apprendre et de vous apprendre de nouvelles choses.

Choix d’un sujet libre de Matthieu (si tu veux ?)
Pour revenir sur le sujet de la dernière question (personnes bienveillantes, patientes et qui ont envie d’apprendre et de vous apprendre de nouvelles choses), l’environnement dans lequel notre entraînement s’effectue est primordial. Les sciences cognitives nous invitent à réfléchir sur la manière d’interagir dans les cours, les sessions d’entraînement et tout simplement nos rencontres dans les salles de CrossFit.
La qualité de vos coachs est importante mais le tissu social de la Box est très important. J’invite tout le monde à réfléchir sur son rôle au sein de la Box : un athlète doit être un exemple pour les autres athlètes, à tout niveau. La plasticité cérébrale fait que l’on “intègre” les comportements les plus fréquents autour de nous, que ce soit au niveau “sportif” ou au niveau “moral”. Un athlète débutant qui s’entraîne dans un environnement où les autres sont bienveillants et font des efforts pour s’entraîner correctement intégrera des informations “positives” dans son cerveau et aura plus tendance à faire des actions positives ou à s’améliorer. Ainsi, avec le même mécanisme, cet athlète “enverra” des informations positives aux autres.
Au contraire d’un athlète très avancé qui s’entraîne dans un environnement où les comportements moraux sont un peu moins élevés, ou que les mouvements exécutés autour de lui sont faits avec une technique incorrecte, cet athlète va emmagasiner des informations négatives. Cette plasticité cérébrale est inévitable.
Choisissez bien votre lieu de pratique, votre coach et vos partenaires d’entraînement, ils sont votre réussite mais, par vos actions, vous serez aussi la leur. Cette transmission informelle est aussi importante que la transmission formelle que fournit votre Coach dans les cours.

Merci Matthieu de t’être prêter au jeux des questions, et chers lecteurs je vous laisse en découvrir plus et venir nous rencontrer en visitant les liens suivant.

scope-athlete.com

crossfitvince21.com




MASTER THROWDOWN 2017-2018 WOD 3 et résultat final

Salut à tous, il faut bien clôturer un jour l’histoire des masters Throwdown 2017 alors voilà quels étaient les éléments du dernier WOD de qualification et quel est mon résultat final.

Alors, qu’est ce que les organisateurs nous avaient inventé ? L’annonce était claire, le WOD3 se nommait the » Nasty Girls » ? Un mélange de Fran,Elisabeth et Diane, repartit en trois WOD de type 9-6-3, l un après l’autre, et puis emballé, c’est pesé, aux candidats de jouer. Vous l’aurez compris les filles nous en ont fait voir de toutes les couleurs

Le plus dur avec ce WOD, ça aura été une nouvelle fois toute la mise en place du matériel afin de pouvoir tout coller dans le champ de la vidéo avec l’athlète, le chrono, le juge les barres etc.

Je ne vous raconte pas le casse-tête pour faire un plateau avec tous ces éléments, Thruster + Pull-Up, Squat Clean + Ring Dips, Deadlilfts + Hand stand Push-Up.

Ce fut une grande opération de déménagement, je bouge tout un peu partout et je deviens vite très envahissant pour tout le monde, je me retrouve à utiliser la salle comme si j’étais tout seul… J’entends d’ailleurs encore la petite voix du coach dire:

Ça va aller ? Tu es à l’aise Franky ? Si le cours te gêne on peut te laisser cette partie de la salle aussi ?

Et moi de répondre non, non c’est bon, mais, je ne voudrais pas abuser, mais si je peux avoir une juge volontaire en plus …..  ;-).

Bref, tout ça pour dire à ces messieurs les organisateurs de compétitions, que c’est bien beau d’être inventif pour les WODs, mais il faut penser au gars dans les salles et à l’espace de travail, il faut rester raisonnable dans la constitution d’un WOD de qualification il y a aussi des adhérents qui font cours et les box sont rarement ouvertes la nuit.-).

Bon, une fois tout installé comme d’habitude j’ai fait une cession de test avec plus tard le WOD réellement. La petite équipe qui participe au master Throwdown est toujours OK, mais on sent bien que l’enthousiasme du début tombe un peu, on n’est pas trop bien dans le classement et ce dernier WOD pour les filles et un peu plus difficile, elles redoutent les Rings Dips.

Lors de mon test j’étais certainement déjà un peu malade, j’ai fini le WOD avec les poumons en portefeuille et suis tombé malade deux jours.

Je referais le WOD trois jours plus tard dans en last minutes, ce n’est pas tellement dans mes habitudes, car si je fais une erreur, c’est mort, plus moyen de le refaire.

Ca aussi, cela fait partit de la stratégie comment bien organiser son temps pour avoir une marge en cas d’erreur pour pouvoir refaire le WOD, spécialement si le jugement vidéo nous sanctionne en indiquant trop de No REPs.

Le jour J j’avais ma stratégie, qui était que sur le premier WOD (Fran) je ferais les Thrusters et Pull-Up unbroken et cela a payé, je m’en sortirai pas mal, et finirai tous les éléments des trois girls en 10 minutes 01s.

Bien juger, et soutenu par Frédéric, qui ne m’a pas fait de cadeaux avec quelques No REPs sur les Rings Dips et Hand stand push-Up. C’était Jugement normal et justifier, car se mettre en condition proche de la compétition lors des qualifications, ça aide et ça rend service, combien sont déçus de leurs juges pendant les compétitions parce que leurs mouvements ne sont pas conformes aux bases du CrossFit parce que dans leur box personne n’ose leur dire No REPS.

Le résultat total des qualifications sera correct j’aurai eu un WOD de mauvais le premier (37e) mais deux bons résultats sur le WOD 2 (10e) et le WOD 3 (10e) au final je finis 15e trois places de la sélection, je ne suis pas déçu je finis dans le top 20 ce qui était mon objectif en démarrant les qualifications et tant pis pour la compétition ce sera pour la prochaine fois.

Néanmoins j’irai faire un tour à la compétition, histoire de voir à quoi ressemblent mes adversaires européens et juger sur pied ce qu’il me manque en dehors de ce que je sais déjà.

 

Prochaines étapes les French Throwdown et l’Europeen Master Throwdown




Test ADIDAS CRAZYPOWER

J’avais envie de changer de chaussures, et de partir sur une autre marque que Reebook pour faire du CrossFit. Ma dernière paire de Reebok NANO ne m’ayant pas pleinement satisfait, le prétexte était tout trouvé.

Dans un premier temps je suis parti au hasard, car comme nous le savons tous, toutes les marques ne peuvent pas utiliser le mot CrossFit pour leur produit, ce qui veut donc dire que pour trouver une paire de chaussures pour cette activité il faut être inventif et trouver d’autres marchands dans des activités similaires. Je suis, pendant mes recherches, tomber sur tous les classiques du genre Reebok, Nobull, Nike etc.., mais mon côté curieux me disait de ne plus céder aux sirènes du marketing obligatoire de la parfaite panoplie du Crossfiteur, et d’essayer plutôt un nouveau déguisement.

Alors naviguant au clic et bon au gré du NET, Je vais me retrouver finalement avec 36 fenêtres ouvertes de chaussures ; un plein l’écran ! (c’est là que ma femme se marre, aller savoir pourquoi ;-), nous aussi on fait des achats non mais des fois), je cherche un prix abordable, une couleur que j’aime.

La beauté de ce siècle numérique est bien là, et je vais trouver pile poil mon bonheur.Je tombe sur des ADIDAS Crazy Power ‘ what’s that ? Pas vraiment nouveau comme marque, mais en tant qu’utilisateur de cette même marque pour l’haltérophilie, et dans la vie de tous les jours , je décide donc de jeter un coup d’œil, et fouille sur le site officiel en quête de détails. Par contre pour l’instant les commentaires sont légers, alors je me dis que c’est aussi l’opportunité de les tester et de vous faire un retour d’expérience sur le produit.

Maintenant, la galère et de choisir le site d’achat comme d’habitude, si tu commandes pour la Belgique tu peux fermer le trois-quarts des fenêtres que tu as ouvertes. C’est efficace mais, c’est à croire que le pays est trop petit pour les revendeurs, et quand tu filtres plus (pointure, couleur) tu perds encore un peu de tes choix et tu reviens finalement sur des sites classiques qui te proposent la paire aux meilleures conditions Zalando et Amazon

Service rapide moins d’une semaine j’ai mes chaussures, comme j’utilisais déjà cette marque en chaussure d’haltérophilie, je ne suis pas surpris par la pointure, et elles me vont tout de suite.

Premier effet des chaussures aux pieds :
Elles sont larges au niveau des orteils et légères (342g environs). Elles offrent un confort de marche agréable. Le pied semble bien stabiliser sûrement due au système Traxion de la semelle.

Je vais tester cette paire de chaussure pendant plusieurs mois histoire de leur faire faire le tour des exercices CrossFits le plus complet possible.
Voir ma vidéo:https://youtu.be/GcBvztKNISE

Donc après 4 mois de sport,  les CrazyPower ont été mises à l’épreuve, j’ai même fait les qualifications du mastersthrowdown avec.

En conditions réelles :
Pour tous les mouvements libres, course, box jump, saut à la corde, c’est agréable on retrouve bien la légèreté et la souplesse évoquée dans les spécifications, de plus la semelle ne claque pas donc pas de bruits, détail qui était pénible avec mes NANO 5, j’avais parfois l’impression de courir avec des chaussures de bowling. En montée de corde, la texture TPU qui recouvre la chaussure protège efficacement et ne glisse pas la prise reste bonne.

Par contre il y a une faiblesse pour le maintien de l’ensemble du pied au niveau de la  semelle,car pour les activités d’haltérophilie, le talon et trop souple et s’enfonce dans la semelle, même sur la planche. La stabilité de la cheville et du pied ne sont plus là si on travaille avec des charges lourdes, et il est bien plus difficile de se stabiliser lors des WOD avec des grosses charges sur un revêtement classique de salle.
Je peux juger cela au fait que j’ai une faiblesse du péroné, et donc, dès que je ne suis plus stable, il se déplace facilement, ici ça m’est arrivé plus d’une fois c’est dommage pour moi mais pas pour mon ostéopathe

.En résumé :
On peut en conclure que la paire de chaussures ADIDAS CRAZYPOWER, n’est pour l’instant adaptée qu’à 60 % et qu’il faudra faire un effort sur la semelle et la tenue de la cheville. J’alterne pour l’instant selon le programme du jour entre les CRAZY POWER et mes Althero,
J’ai testé certainement la première génération une affaire à suivre donc.




1000 Burpees challenge on en parle?

On voit de plus en plus de publications Facebook proposant des vidéos sportives ayant plus ou moins un rapport avec le CrossFit.

Il s’agit bien souvent de prouesses physiques ou bien du contrôle d’un mouvement complexe, ou combiné, auxquels viennent se rajouter les challenges ou défis parfois teintés d’humour.
Nous avons d’ailleurs deux candidats à la BOX Kriss et Pédro qui ne se privent pas de nous faire partager leur petit grain de folie, merci à eux de nous apporter cet esprit léger et farceur.

Pour revenir aux challenges sur FB, on y est habitué depuis le bucket challenge, qui consistait à se verser un seau d’eau froide pour telles ou telles causes, ou bien juste pour se défier les uns les autres dans le but de produire un effet de dominos, ceci générant des images plus ou moins drôles.

Ici, avec les nouveaux challenges sportifs, sont à peu près dans le même esprit, mise à part que ces challenges se font quand même un peu plus discret sur le net car ils nécessitent plus de condition physique, et ça calme tout de suite les ardeurs du public quand il y a des efforts à faire.

Bien entendu, l’envie d’aller toujours plus loin toujours plus fort (tiens, la je cite du fort Boyard maintenant) fait, qu’il était plus que certain de voir le CrossFit touché par ce phénomène, mais que l’on se rassure, Il n’est pas le seul, d’autres sport ont aussi leurs challenges. Je laisse de coter tous les autres défis stupides qui mettent parfois la vie et la santé des personnes en danger.

Aujourd’hui j’ai voulu m’intéresser au 1 000 burpees challenge et là, comme disait le regretter Coluche « rien que le nom m’amuse ».

Mais quel délice que ces deux mots « burpees « et « challenge » ! Deux mots qui en disent déjà très long sur ce qui attend les candidats au suicide musculaire.

Surtout quand on sait l’état dans lequel on se trouve après un G.I Jane par exemple (100 Burpees pull up for time).
Je me souviens encore du mien, et mes poumons et mon cœur aussi s’en souviennent. D’ailleurs mon cœur prends trois pulse de plus à chaque fois que quelqu’un dis burpees dans la salle, c’est vous dire le traumatisme, et mes poumons ont fait grève de Co2 pendant deux jours.

Mais enfin les candidats, vous n’avez pas vu les photos et ce T-Shirt partout « I HATE BURPEES « ce n’est pas pour rien qu’il existe, on vous aura prévenu et bien tant pis pour vous !

Alors, qu’est ce qui peu bien motiver les candidats à plonger au sol 1 000 fois et à ce relevé en mode push-up pour effectuer un petit saut avec les mimines derrière la tête ?

Et bien, après quelques recherches, oh ! Pas trop scientifiques (à ce niveau ce n’était pas nécessaire), et après avoir vu et interrogé certains d’entre eux et même participer à la mise en œuvre d’un challenge, il semblerait que la réponse à la question soit simple, ce n’est que le fait de faire le défi qui soit suffisant pour décider le candidat.
On ne cherche rien d’autre que se prouver à soi-même que l’on peut le faire. Question d’ego encore ? Une histoire de « chiche pas chiche ? « ou « JUST FOR FUN « ? Aller savoir ce qu’il se passe dans la tête d’un CrossFiteur fou.

« JUST FOR FUN », cela me dérange un peu, qu’est ce qu’il, y a de FUN à faire 1 000 fois le même mouvement c’est long et ça devient pénible avec la fatigue.

Enfin, 1 000 burpees for time il faut garder à l’esprit que cela prend du temps.
Voici les temps et les liens vers les sites.

Alex Freeletics 1h21

Jack Cotton 1H12mn24s

KRISFIT 1000 Burpees fail

Il y a peu j’ai eu l’opportunité d’accompagner mon camarade François dans son 1 000 burpees challenge.
François est un des piliers de notre box et à parfois l’habitude de se lancer dans ce genre de défi, il est capable de ne pas venir s’entraîner à la box pendant une semaine, et de ce pointer sur le temps de midi, et de demander qui veut bien faire un Murph avec lui ? Heu je ne peux pas j’ai poney licorne dans 5 minutes, désolé 😉

L’idée était déjà mûre et annoncée, il a décidé de faire le 1 000 burpees challenge,bon et bien on va lui donner un coup de main, il en aura besoin, même s’il n’y a rien à en faire pour la préparation finalement. Il faut juste qu’il fasse un bon échauffement. Moi, pendant ce temps, je prépare mon Smartphone tant qu’à faire, autant s’occuper un peu et filmer de temps en temps.

On prépare un tableau blanc pour noter les scores, histoire d’avoir des références, et faire un plus pro, et on lance le chrono ça y est c’est parti..

Mon Dieu que ça a l’air dur, même si au début tout va bien pour François qui est un habitué des burpees, et il est au top, mais seulement il part un peu trop vite comme pour un WOD long durée, et on va vite voir que ce ne sera pas gérable pour faire les 1 000 burpees.En résumé,faute de temps et de stratégie, il fera un stop définitif à 500 burpees.

Final 500 Burpees
Voir sur la page FB cross50fit les résultats,500 burpees c’est déjà assez dur, alors bravo.

Alors c’était comment ?

Eh bien c’était long et pas seulement pour le faire, mais aussi à compter et suivre, vous savez on peu se tromper en attendant la prochaine répétition, ça devient stressant et puis c’est une sacrée responsabilité, si on lui faisait faire des répétitions en plus en se trompant, franchement là, y a de quoi flinguer une amitié, croyez-moi! De plus on ne filme pas tout car qui va prendre le temps de regarder une vidéo de 1 000 burpees pour voir si le compte est bon ? On est d’accord on ne travaille pas pour le guinness book et ce n’était pas le but de faire un record du monde officiel.

Bien maintenant que c’est fait, on en tire quoi de ce challenge ?

Sur la préparation physique et du point de vue alimentation pas grand-chose, en effet je n’ai rien pu récolter de ce côté, les candidats arrivent comme pour un entraînement spécial genre « WOD Heroes » pour les plus conscients.

Je crois que c’est finalement sur le mental, que ce genre de défi agit le plus, tous les candidats montrent une grande capacité de résistance à la douleur et aux répétitions. Les caractères s’expriment, et l’objectif reste bien solide,mettant tout en œuvre pour aller jusqu’au bout. Le temps final importe peu, il faut finir quelle que soit la situation, on tient, on ne lâche plus rien,et cela par peur de garder en mémoire cet abandon, et de voir resurgir ce sentiment lors d’un WOD ou en dehors de l’environnement sportif.
Parce que finir même à l’agonie pulmonaire et dans la douleur c’est un acte positif, un sentiment personnel, et ces moments positifs sont si rares dans la vie de tous les jours que l’on ne perd aucune occasion de s’en créer un, surtout quand il ne dépend que de soit. C’est cela aussi le CrossFit reprendre de l’estime de soi et se remplir d’éléments positifs par de petits défis quotidiens ou par de grands défis.

Bravo à François et à tous les candidats précédent et future d’avoir ce courage…

PS pour la petite histoire une mention spéciale pour Vero(la femme de François)qui l’a fait aussi et a réussi a allé jusqu’au bout bravo… Vero.

Et si vous avez un résultat, un lien à partager, laisser le dans les commentaires.

#unmasterquivousveutdubien #amasterwhojustwhichestohelp.




MASTER THROWDOWN 2017-2018 QUALIFICATION WOD2

MASTER THROWDOWN WOD 2

Samedi 4 novembre les résultats du WOD 1 sont publiés, je suis classé 46e.
Eh bien, je ne pensais vraiment pas être aussi bas dans le classement je pensais être dans le premier tiers, et la je me retrouve dans le début de la seconde moitié.
Qu’est ce que j’ai bien pu manquer ? De mon point de vue rien ,donc pas de regrets. Malgré tout, quand je vois les temps des 15 premiers, je me fais du souci pour la suite. Car même avec 4 kg en moins avec le Kettlebell que ceux de la première série des masters 35-49, il y a des temps énormes et au tirage rameur ce sont des brutes. Il va falloir que je me mette au paléo et que je mange plus de steak de Tirex ça doit être ça la clé.
Bon, les faits sont là, on ne va pas se lamenter, on embraye direct sur le WOD 2.
MAMAMIA ! Ici c’est encore un WOD pour les gros, pas de cardio que de la force.
Le WOD se décline ainsi
9 minutes
A Minute 1 to 4: 3 heaviest singles Power Snatch
B Minute 5 : Amrap Shoulder to Overhead
C Minutes 6 to 9: 3 heaviest singles Power Clean

Sur ces trois activités il va falloir la jouer fine. Le Snatch, depuis ma déchirure partielle des tendons de l’épaule droite,ne me réussit pas, il y a parfois comme un défaut au niveau de l’articulation, mais bon ici ce sont des power Snatch, donc pas de squat et cela me rassure un peu.
Shoulder to overhead, la il faut trouver un poids tactique pour exécuter une minute non-stop c’est le nombre des répétitions qui va réellement établir le score final.

Power clean sans squat « soi fort,brave et soulève»

Cette fois je décide de faire une première évaluation le vendredi en solo pour jauger les poids et la stratégie.
Tous mes camarades qui se présentent au mastersthrowdown ne sont pas disponibles ce jour-là, on partagera donc nos expériences et stratégies le dimanche comme d’habitude.

Dimanche arrive, on se retrouve, et là, bon sang c’est la foire, entre les cours et le free access ou d’autres préparent les qualifications des AMAROKS, il y en a de partout. Cela va être difficile de faire le WOD tranquille. On va tester encore une fois mais là j’avoue que coter concentration c’est ZERO.
En plus s’il faut filmer les trois postes de travail en même temps, avec le chrono ça va être de la folie.
Ceci dit en passant, ce n’est pas très Fair-play de mettre des WOD aussi demandeur de matériel, on à pas tous une box à notre disposition, et on n’est pas des Spielberg, ni des Oliver Stone non plus, alors parfois les vidéos c’est un peu limite pour les travelling.
Malgré tout, la seule qui aura le courage de tenter quelque chose sera Katarzyna (qui est classé 12 de sa catégorie super-non) Camilla, Jérémy et moi on passe notre tour c’est trop l’anarchie.

Finalement le WOD se fera lundi au calme. Je me prépare, Florian qui est là, se propose de me juger alors tout est OK. Quand je vous dis qu’il y a des types sympas au CrossFit, c’est la vérité on est jamais seul dans une box.
J’ai mes poids, j’ai ma stratégie, j’ai ma tête à moitié là, mais j’y vais.
1) Les Snatches, oh que ce n’est pas beau, j’ai une technique qui ne ressemble à rien, pour être poli, mais le premier à 65 kg passe, et ce sera le cas du 4e et du 5e.

Sachant que je dois faire un max de Shoulder to Overhead ensuite, je stoppe après avoir réussi tous mes essais, je ne rajouterai pas de poids pour me préserver.

2) Shoulder to Overhead, je pose ma barre sur les épaules 5 secondes avant le début du chrono comme recommandé par notre Matthieu notre coach de scope-athlète, qui nous a encore fourni un plan au top avec échauffement et petites astuces pour ce WOD 2 ,et j’enchaîne, total 41 répétitions à 37,5 kg je suis content je me suis arraché.

3) Power Clean, ma barre est prête, j’attends que mon cardio revienne un peu, et je soulève ma première barre, waouh qu’elle est lourde ! Nom d’un chien ça passe mais c’est lourd, j’attends un peu pour le deuxième essai, rien trop lourde, troisième essai pareil, mais ce n’est pas possible, il passe d’habitude, et pendant ce temps le chrono file, vite fait j’enlève 5 kg de chaque côté, je repars, sa passe, ouf, j’ai bien cru que j’allais rester bloqué là ? Aller encore une autre tentative, ça passe aussi et c’est plus facile tiens donc, puis je me di, bon tu remets tes 10 kg et tu essaies de monter ton poids pour le scoring. Je tire ça monte et ça passe, ah voila c’était quoi le problème alors ? Il me reste 30 secondes. Allez soyons fous, cette barre, tu la fais au mental il reste 10 secondes je tire, je mets tous ce que j’ai et hop c’est passer aussi, c’était très moche mais efficace.

La je suis content je vais voir ma feuille de score .Florian est en train de mettre le total des poids du power clean, je regarde, et je lui dis qu’il a fait une erreur, ma barre était chargé à 80kg pas 90 kg.
Il se retourne vers la barre et on compte ensemble… Espèce de bourricot, voilà pourquoi c’était si difficile, j’avais une barre à 90 kg soit 90 % de mon squat clean. Pourtant et j’en étais persuadé, de l’avoir mise à 80kg, le stress ou pas la tête pendant la préparation va savoir, mais au final j’ai gagné 30 kg sur ce WOD en faisant une erreur ça aurait pu me coûter plus cher.

MASTER THROWDOWN WOD2

En attendant de faire cet article les scores sont arrivés, je finis 9e de ce WOD ce qui me fait faire un bon au classement de la 46e à la 26e place, rassurant sur mon niveau et puis on ne sait jamais …

À bientôt pour le WOD 3 et le résultat final
#unmasterquivousveutdubien
#amasterwhojustwhichestohelp